La construction de mosquèes en droit marocain: La loi N°29-04


Bon à savoir :
Les dispositions du règlement général de construction (RGC) ne s'appliquent pas aux demandes de permis de construire des édifices affectés au culte musulman régies par la loi n° 29-04 promulguée par le dahir n° 1-07-56  du 3 rabii I 1428 (23 mars 2007) modifiant et complétant le dahir portant loi n° 1-84-150  du 6 moharrem 1405 (2 octobre 1984) relatif aux édifices affectés au culte musulman.

MR/ 01/2014

Bon à savoir :
Le dernier texte législatif intervenu en la matière est le Dahir 1.14.121 du 23 Juillet 2014 relatif au contrôle de l’état des édifices de mosquées, au Bulletin officiel (Édition Générale) du 24 juillet 2014

Le permis de construire, un flou juridique : à qui la responsabilité ?

La loi N°29-04 du 23 mars 2007 publiée au Bulletin officiel N° 5514 du 5 avril 2007 impose de nouvelles règles plus strictes en matière de construction de mosquées, complétant le dahir portant loi N°1-84-150 du 2 octobre 1984 relatif aux édifices affectés au culte musulman.

Cette nouvelle législation, vise à définir des règles claires pour le financement et la construction des mosquées du pays. Cette loi stipule également que ceux qui souhaitent construire de nouvelles mosquées devront au préalable constituer une association et identifier les responsables de la collecte et de la donation de fonds. Toute construction ou expansion de mosquée nécessitera un permis de construire délivré par le gouverneur et non pas par le président de la commune comme le stipule la charte communale 78-00 dans son article 50 et la loi N°12-90 de l'urbanisme dans son article 40 et 41.

L'entretien des édifices cultuels est aussi soumis à autorisation préalable du gouverneur concerné après avis du ministère des Habous. Par dérogation aux dispositions de ces articles sus cités, le permis de construire est délivré par le wali ou le gouverneur de la préfecture ou de la province concerné après avis d'une commission comprenant : Les représentants des départements ministériels concernés. Le président du conseil provincial concerné ou son représentant Le président du conseil communal concerné ou son représentant Le président du conseil des ouléma concerné ou son représentant membre dudit conseil.

Trois personnalités au niveau de la préfecture ou de la province concernées connues par leur action notoire dans le domaine caritatif et bienfaisance au profit des musulmans, désignées par le ministère des Habous et des Affaires islamiques. Cette commission est présidée par le président du Conseil des ouléma ou son représentant membre dudit conseil. Cette loi vise donc, à étendre la concertation sur le permis de construction de lieux de culte musulman, avec l'inclusion de la condition que l'édifice à ériger soit conforme au programme général de construction des mosquées, que les bienfaiteurs désireux de construire un lieu de culte s'organisent en association à créer conformément aux dispositions du dahir relatif aux associations, en plus d'une maîtrise des opérations de collecte de fonds destinés à cette fin.

Mais devant l'absence de publication d'un décret d'application de cette loi ainsi que l'absence de la nomination des trois bienfaiteurs par le département concerné, un décret d'application de la loi 1-84-150 du 2 octobre 1984 vient d'être publié au bulletin officiel N°5646 du 10 juillet 2008. Cette situation nous rend perplexe devant ce flou juridique. Cette problématique juridique nous interpelle à plusieurs niveaux : Un décret publié antérieurement à la loi 29-04 que cette dernière reste sans décret d'application. Comment un décret d'application (9juillet 2008) d'une loi antérieure (1984), amendée et modifiée par une nouvelle loi (23 mars 2007) sans décret d'application pourrait entrer en vigueur avec d'autres dispositions malgré sa publication au bulletin officiel ? Et est-ce qu'un décret pourrait abroger un dahir? Dans cette optique, une réponse du secrétariat général du gouvernement s'avère nécessaire. Il est à signaler aussi que la loi de 1984 prévoit que la gestion et l'administration des lieux cultuels relèvent du département des habous tandis que la nouvelle loi stipule que le ministère des habous peut, le cas échéant, confier la gestion et le fonctionnement des édifices à l'association de bienfaiteur, ou à toute autre association valablement constituée, selon une convention à conclure à cet effet entre ces deux parties, après consultation des administrations concernées.
Il y a donc un vice de fond et de forme concernant cette procédure. Pour débloquer ce vide juridique, et afin de faciliter le traitement des dossiers concernant les demandes formulées pour les constructions des mosquées des mesures ont été prises d'abord pour assurer la sécurité des bâtisses afin d'éviter toute tentation de laxisme qui pourrait avoir des conséquences néfastes comme ce qui s'est produit au complexe Al Manal à Kénitra et celui de Rosamor à Casablanca, nous avons prévus certaines dispositions urbanistiques :

L'obligation de fournir le plan de béton armé avec le dossier à traiter et non pas se contenter de l'avis favorable de la commission de voirie sous réserve de fournir le plan BA. L'opération de la construction devrait se faire sous le contrôle de l'architecte et l'ingénieur du génie civil ainsi que l'ouverture et la fermeture du cahier du chantier par ces deux personnes. L'implantation du projet devrait être faite par un topographe accrédité par la nidara car l'expérience nous a montré que certaines mosquées ne sont pas bien orientées à la kibla. Le technicien de la commune où le projet de mosquée sera implanté devrait impérativement faire le suivi.

Outre ces dispositions, des interrogations se posent encore spontanément : comment peut-on valider l'octroi du permis de construire sans la constitution de cette commission avec la désignation de trois personnalités au niveau de la préfecture ou de la province concernées connues par leur action notoire dans le domaine caritatif et bienfaisance au profit des musulmans, désignées par le Ministère des Habous et des Affaires islamiques ? Si le volet de l'urbanisme est relativement clair et verrouillé, il reste des points à clarifier au niveau de la Division des affaires Intérieures comme la collecte des fonds et le financement de la construction. Pour la Nidara, il est impérativement urgent de clarifier la gestion et l'administration des mosquées par les associations de bienfaiteurs. Cette attention doit être vraiment prêtée car elle rentre dans le cadre de la restructuration du champ religieux que S.M. le Roi a entamée depuis son intronisation en 1999.
Le Matin Parution : 30.01.2009 Mustapha FAOUZI Sociologue-Urbaniste

Aucun commentaire: